Source: La Carte Son

Molly connaît Paris et sa scène électronique comme sa poche. Et ce n’est pas pour rien si aujourd’hui, elle revêt le rôle de DJ résidente du mythique Rex Club. Son agilité avec les disques vient sans aucune doute d’une passion qui l’habite depuis de nombreuses années, et qu’elle a transporté de Toulouse jusqu’à la capitale. Ce jeudi, la boss du label RDVjouera lors de la soirée Treetown à Communion, en compagnie d’une belle brochette : LewisTienoREda daREDsoLemoanBlancoSledSuliHonzoOden, et enfin, le crew Sentaku. – V.T.

Salut Molly, quand est-ce que tu t’es dit que la musique allait prendre le pas sur le reste ? D’ailleurs, qu’est-ce que tu faisais avant d’être DJ à plein temps et programmatrice du Rex ?

Être DJ n’avais jamais été un objectif de carrière, c’était une passion que j’exerçais en parallèle de mon travail et ça m’allait très bien comme cela, jusqu’au jour où… Disons que les dates se sont intensifiées il y’a 3 ans, c’est là que j’ai réalisé tout ça. Avant d’être au REX, je commençais déjà à mixer, mais dans ma chambre ou dans quelques bars à Toulouse et je faisais mon master en Communication en parallèle.

Quand est-ce que ta carrière de DJ a pris le pas sur ton taf de programmatrice du Rex Club ? Pourquoi ? Le regrettes-tu ?

Cela a démarré il y’a environ 3 ans comme je le disais plus haut, je m’absentais de plus en plus régulièrement. Sauf qu’avec un poste comme celui que j’avais au REX, il était important que je sois sur place et en parallèle, je n’avais pas du tout de temps à consacrer au studio. Je courrais dans tous les sens, la fatigue des weekends empiétait sur la semaine et vice & versa…( et j’avais épuisé tous mes jours de congès pour aller sur les dates)… Je ne pouvais plus continuer comme cela et Fabrice, le directeur du Rex, m’a encouragé à prendre mon envol ☺ ça va faire 2 ans maintenant !
Ce n’est jamais bon de faire 2 choses à la fois, on est pas impliqué comme on le devrait… J’avais fait mon temps au REX, je me devais de me consacrer à la musique, si ce n’est que quelques années !  Je ne le regrette pas, même si ce n’est pas facile tous les jours !! Ce qui me manque c’est les bons moments et fous rires qu’on avait au bureau toutes ces années ☺

Après tous ces voyages, et parce qu’on s’appelle La Carte Son, quelle(s) ville(s) aimerai(en)t-tu particulièrement citer et pourquoi ? Où est-ce que tu préfères mixer à l’étranger ? Raconte-nous un peu l’une de tes histoires avec une ville étrangère !

Il est difficile d’en citer une. Il y en a tellement !!!! J’aime beaucoup mixer à Amsterdam, et en Hollande en général. Je citerai également Sydney et Melbourne, Montréal, New York… L’ambiance y est différente, l’énergie aussi,  et le public y est très curieux !!!

Je sais qu’en disant ça je vais m’attirer les foudres mais j’ai une affection, étrange, pour Miami… J’ai eu l’occasion d’y passer un peu de temps ces 2 dernières années (c’est surtout un bon moyen d’éviter l’hiver parisien !!).

C’est la ville des extrêmes et c’est assez drôle avec ces clichés et ce côté parfois superficiel !!  Mais il n’y a pas que ça et il y fait surtout bon vivre ! (Surtout lorsque que l’on connaît bien la ville et ses bonnes adresses). Je m’y sens apaisée là-bas, je ne saurais l’expliquer ☺

Tu as lancé ton label RDV Music un peu plus tôt l’année dernière. L’idée, elle vient d’où ? Est-ce que tu as laissé le label du Rex derrière toi ?

L’idée de monter mon label germait dans ma tête depuis longtemps mais je voulais laisser murir tout cela et surtout le faire uniquement lorsque j’aurais du temps à y consacrer, raison pour laquelle je ne me suis lancée que l’an dernier… Le temps de trouver la DA , que ce soit les morceaux ou l’identité visuelle . Malgré tout, ça demande beaucoup de temps, et de patience ☺ . Je n’ai pas laissé le label du REX derrière moi, mais avec l’anniversaire, il était plus simple que le label soit repris en interne.

Tu connais Paris en long, en large, et en travers. Est-ce que c’est une ville qui t’inspire toujours ? Pourquoi ? Y a-t-il des choses que tu découvres encore ou qui te surprennent ? As-tu des exemples ?

Même après toutes ces années, 12 ans déjà, je ne connais pas parfaitement cette ville… Il y a toujours des quartiers et des recoins que je découvre. Malheureusement je n’y suis plus très souvent maintenant, et quand j’y suis j’ai souvent tendance à profiter de mon chez moi. C’est une très belle ville, c’est certain. Ce que je préférais, c’était longer les quais de nuit, en taxi, en passant par Notre Dame jusqu’à Bastille… Avec les lumières, de nuit et la beauté de ces bâtiments historiques !! Difficile de ne pas être charmé ☺

Je dois avouer que je suis amoureuse de mon quartier (Marché d’Aligre, la coulée verte etc.) et je n’en sors pas souvent ! Je reste beaucoup du côté du 10,11,12eme arrondissement. En général je découvre la ville par les restaurants ☺. J’adore découvrir sans cesse de nouvelles adresses, qui vont me faire découvrir de nouveaux quartiers. Je suis retournée il y a pas si longtemps dans le 17eme, du côté des Batignolles, je trouve ce coin très charmant et ça ne me dérangerait pas d’y habiter !

Pour terminer sur une note agréable, et parce qu’on ne veut pas te prendre tout ton temps, peux-tu nous mentionner un jeune artiste de la scène parisienne que tu aimes tout particulièrement ? Et un track qui, pour toi, définirait Paris ? Et un dernier qui définirait les voyages !

Alors en jeune artiste de la scène parisienne que j’aime particulièrement :

Gauvain du crew Beau Mot Plage

Le track qui définit Paris :
Psyche – From Beyond

Le track qui définirait les voyages :
D. Tiffany – Get back to you soon


Instagram
FB

 

Laisser un co