Jacker Post : Rencontre avec Anthony Collins

Artiste majeur mais néanmoins discret de la scène électronique underground, Anthony Collins sort son premier maxi en 2006. Il connaît son premier succès en 2007, avec la sortie d’ un Ep en collaboration avec Paul Ritch « Fortuna », paru sur Get Physical, cultivant alors un son techno et minimaliste. Au fil des années, ses sonorités deviennent plus deep, plus sexy… C’ est en 2008 qu’il rejoint le crew Freak n’ Chic,  l’ excellent et désormais défunt  label fondé par Dan Ghenacia. Label sur lequel il sortira son premier album l’ année suivante : « Doubts & Shouts ». Depuis, Anthony Collins a fait bien du chemin avec des maxi sur les labels les plus prestigieux de la scène house: Vakant, Liebe Detail, ou Curle pour ne citer qu’ eux, et parcourant les quatres coins du globe en tant que Dj. Il y a bientôt  un an, Anthony à décidé de lancer sa propre structure: Scissor & Thread’s, histoire de développer et renforcer une vision musicale bien à lui. Nous l’avons rencontré le 25 Février dernier lors d’ une de ses Dates au Spartacus Club à fin d’ en savoir un peu plus.

Salut Anthony, peux tu présenter brièvement ton parcours à nos lecteurs?

Je m’ appelle Anthony Collins, je suis originaire de la région, de Cassis plus exactement, mais je vis maintenant  à Paris. Je suis dj et producteur. J’ai sorti ma musique sur pas mal de labels comme Freak n’ Chic, Vakant, Liebe Detail et j’ en passe. Il y a moins d’ un an, j’ ai lancé mon propre label  » Scissor & Thread « . C’ est mon gros projet du moment.

Tu viens de passer la dernière saison d’ été avec une résidence au DC-10, racontes nous un peu cela, et est ce que toutes ces soirées passées là-bas ont eu une influence sur ton son?

Pas vraiment, j’ ai pu avoir de l’ inspiration venant de la bonne vibe d’ une fête.  En studio, la semaine, tu peux avoir la bonne énergie de la fête précédente, tu es chaud pour faire des morceaux, mais ça n’a pas eu d’ influence majeure sur mon style.

Tu as bossé avec beaucoup de producteurs ayant chacun des univers bien à eux, notamment: Tolga Fidan, Paul Ritch, Justus Kohncke ou encore Kate Simko. Qu’est ce qui t’ as donné envi de bosser avec eux?

A chaque fois, ce sont des artistes dont j’ aime vraiment la musique, dans laquelle je trouve que nos univers se rapprochent quelque part. Ce sont des amis proches la plupart du temps, tout cela aidant ça devient parfait pour faire une collab.

L’ une des dernières collab d’ Anthony, ici avec Kate Simko pour un track house, oldshool et catchy, paru sur Supplement Facts (label de Guy Gerber). Anthony Collins & Kate Simko – Sit Back.

Comme tu le disais il y a quelques instants, tu viens de lancer ta propre structure : Scissor & Thread. Quelles sont les raisons qui t’ont motivé à lancer ce projet,  quand ont voit la crise que traverse l’ industrie de la musique et la masse de travail qu’ un label représente, il faut en vouloir.

C’ est clairement pas pour faire de l’ argent, mais vraiment pour développer une vision artistique, proposer quelque chose de différent. En tout cas j’essaye, dans mon esprit j’ ai quand même l’ impression de proposer quelque chose de pas commun. Je dis pas que je révolutionne la musique, ce sont des sonorités qui se trouvent quelque part entre house assez lente, des trucs un peu indie, rock. Je trouve que c’ est une belle aventure de faire découvrir des artistes à des gens, et surtout de développer une vision artistique au delà de mes propres productions.

Francis Harris – Lostfound (Scissor & Thread 03)

Il y a t-il des artistes que tu aimerais ou rêverais  de signer sur Scissor & Thread?

Mon but premier n’est pas de sortir des artistes qui sont déjà connus. Je cherche plutôt à développer des artistes que personne ne connaît et créer mon propre crew d’ artistes. C’ est ça ma philosophie.

 je crois savoir que tu as des origines américaine. As-tu été influencé par la scène américaine? Que ça soit Detroit, Chicago ou San Francisco?

Oui énormément. Quand j’ ai découvert la house, c’ était vraiment l’ époque de la house de San Francisco avec des artistes comme Dj Buck, Halo. Ça m’ a donc beaucoup influencé même encore aujourd’hui, j’ adore. Après tout ce qui est Chicago, Detroit…  je suis très house donc clairement pour moi tout ça c’est la base.

 Le ou les titres que tu as le plus joué en 2011?

Je ne saurais pas vraiment dire de titres, mais plutôt des labels. Beaucoup de choses sur Dial, Smallville, Perlon. Ce sont les labels qui me parlent le plus. Après pour en revenir à Chicago, je joue pas mal de vieux Derrick Carter, Rick Wade, Ron Trent, pas mal de choses dans ce style, j’ adore.

 Tu tournes beaucoup, on imagine que tu n’as pas du connaitre que des bonnes gigs… As tu déjà connu des moments de galère? Y a t’il y-t-il des dates qui resteront gravées dans ta mémoire?

J’ ai pas vraiment eu de mauvaises dates cette année, mais souvent des galères à l’ aéroport. Les retards d’ avions, les vols manqués, des moments d’attente interminable… C’ est même plus des galères, c’ est devenu commun pour moi. Après au niveau de la soirée qui était top, la plupart des soirées au DC-10, n’ importe quel Lundi c’ est assez fou. Deux fois dans l’ été on a fait des soirées organisées par  » Lola-Ed  » :  mon agence de booking. On était toute l’ agence à jouer sur la terrasse du DC-10, donc toute la journée à jouer là-bas entre potes, c’était plutôt cool.

Une journée type d’ Anthony Collins à quoi ça ressemble?

Je me lève, je check mes mails, tout ce qui est un peu bureautique par rapport au label etc… Après je vais en studio, j’ essaye de faire un peu de musique. Je suis très sport je fais beaucoup de boxe donc le soir généralement je vais à la boxe.

Avec quels labels ou artistes aimerais tu travailler à l’ avenir?

Maintenant que j’ai mon label, l’ idée c’ est plus trop de sortir des morceaux sur d’autres labels, mais de bosser exclusivement pour mon label. A part si j’ai une demande d’ un label qui me plait pour faire un maxi je le ferais, mais je n’ irais plus démarcher des labels. Je préfère développer  Scissor & Thread.

Que va-t-il se passer pour toi en ce début d’ année 2012?

J’ ai commencé un nouveau projet sur mon label qui s’ appelle  » Franck & Tony « , ce sera un sous-label exclusivement vynil. La première sortie se fera dans deux semaines. J’ ai également développé un projet qui n’ est même plus électronique, mais plus indé, pop. Ca devrait sortir durant l’ été, je n’ai pas encore défini le nom du projet. J’ ai également fait une collab avec Daze Maxim, j’ ai aussi réalisé des tracks avec Audiofly il y a assez longtemps qu’ on va sortir prochainement.

Dernière sortie en date d’ Anthony, ce remix de Nitin pour le label canadien My Favorite Robot. Nitin – Blink Twice (Anthony Collins remix)

 Le mot de la fin? 

Je suis très content d’ être au Spart, dans le sud. Je suis toujours très content de revenir à la maison.