Entretien avec Djebali. Read Online.

Entretien avec Djebali.

Jeune prodige de la House parisienne, Mehdi aka Djebali s’est fait un nom en signant ses premiers Ep sur de prestigieux labels comme Tunning Spork et Freak n Chic en 2009. Les années passent, les sorties s’enchaînent mais pas assez vite à sont goût, soucieux de sortir ses tracks fraîchement produits le plus vite possible.  Agacé de devoir patienter plus d’un an pour pouvoir sortir ses morceaux sur de gros labels, ayant des calendriers de sorties surchargés, et déçu en tant qu’amoureux de vynils de voir ses productions voir le jour uniquement en digital sur de plus petites structures, Mehdi lance son propre label « Djebali » fin 2011. Un projet audacieux sachant que chaque sortie se fait uniquement sur galettes, et que chaque morceau extrait de ces dernières a été produit uniquement en hardware. Jacker Magazine a donc voulu en savoir un peu plus sur les raisons qui ont poussé Djebali à se lancer dans cette aventure.

Salut Djebali, peux tu te présenter brièvement à nos lecteurs?

Je m’appelle Mehdi aka Djebali, je vis à Paris. J’ai commencé à sortir en club assez jeune, c’est ce qui m’a donné envie de faire de la musique. Je suis Dj depuis maintenant plusieurs années, et producteur également.

 Qu’est ce qui t’a donné envie de lancer ce projet de label, et pourquoi uniquement sur vinyl?

Tout simplement parce que j’ai eu une période où je faisais beaucoup de tracks, du coup quand je les envoyais, c’était à des petits labels qui me proposaient de les sortir seulement en digital. Et quand je les signais sur de plus gros labels, leur calendrier était assez chargé, donc les morceaux que je venais de produire n’allaient sortir que dans un an. En revanche, j’avais envie de sortir mes prods assez rapidement, c’est de là que m’est venu l’envie de lancer ma propre structure. En ce qui concerne le vynil, c’est parce que j’aime l’objet, quand j’ai commencé à mixer c’était sur vynil, c’est un peu comme un retour aux sources.

Djebali – Ideal Juice. Extrait de « Djebali 01″

Les tracks que tu sors sur Djebali ont des sonorités un peu plus oldshool que ceux que tu peux sortir sur d’autres labels, est-ce que c’est  voulu?

Oui c’est voulu, tous les morceaux que je sors sur Djebali se veulent oldshool car se sont ces sonorités-là qui m’ont le plus inspiré. J’ai envie que ces tracks là soient plus intemporels, pas comme la plupart des tracks actuels qu’on va jouer à leur sortie et qu’on n’entendra plus deux mois plus tard. Pour faire la comparaison avec les prods que je sors sur d’autres labels, je prends comme exemple un track comme « Reputation » que j’ai sorti sur Nordik Net uniquement en digital. L’approche a été très différente notamment au niveau des méthodes de productions, car sur Djebali je bosse uniquement en Hardware c’est-à-dire qu’avec des machines. Tandis qu’un morceau comme « Reputation »  se fait plus en digital (ordinateur, logiciel).

 Est-ce que tu bosses seul sur le projet et quelle masse de travail cela représente-t-il ?

Oui je bosse seul, ça me prend énormément de temps. Quand j’ai lancé le label, j’avais prévu de faire une sortie par mois, mais je me suis vite rendu compte que c’était pas possible. Du coup j’en fais une tous les deux mois. Après je m’occupe du mixage etc… Je dois aussi être super productif, pour avoir régulièrement des tracks à sortir. Ensuite il y a le pressage des vynils  qui prend au moins un mois et attendre la mise en distribution du disque. Et au niveau de la communication je suis aidé par Lola Ed, mon agence de booking.

Djebali – Seven Cells. Extrait de « Djebali 02″

Combien d’ep comptes tu encore sortir sur Djebali?

A la base je pensais faire un projet limité dans le temps. Mais il se trouve que pour l’instant le projet marche plutôt bien, donc je pense continuer au moins jusqu’au volume 10, après on avisera.

Est – ce que tu as des sorties prévues sur d’autres labels?

J’ai un remix qui sort sur Limonada, qui a eu un peu de retard, le Djebali 04 qui arrive fin mai et encore pas mal de remix qui devraient paraître bientôt.

Djebali – Urban Posture. Extrait de « Djebali 03″ 

Quels sont le ou les disques qui ne quittent jamais ton bac?

Un Chez Damier sur KMS Records, un Dj Rasoul sur Large, Un remix de Leonel Castillo par Delano Smith sur Sushitech. Puis généralement tous mes vieux classiques ne bougent jamais de mon bac non plus.

 Aimerais-tu lancer un label ouvert à d’autres artistes?

Ce n’est pas d’actualité pour le moment, mais il est possible que je fasse une série de remix sur Djebali, peut-être après le volume 10.

Quels sont tes spots préférés pour jouer?

Le DC-10 à Ibiza, j’ai eu la chance d’y jouer plusieurs fois et j’y retourne début juin. Je pense que c’est le meilleur club que j’ai pu faire. J’aime bien aussi le Rex Club à Paris. Il commence à y avoir beaucoup de fêtes sur Paris qui se font dans des lieux assez insolites où ça peut être vraiment cool pour jouer également.

Un petit mot pour conclure?

Merci à Jacker Magazine pour cet interview.

Retrouvez ci dessous notre dernier Podcast by Djebali :